previous arrow
next arrow
Slider

DES ORIGINES ANGLO-SAXONNES

Fondateur du Community Organizing, Saul Alinsky était un travailleur social des quartiers pauvres de Chicago devenu organisateur des citoyens à partir de 1939.
Avant tout pragmatique, sa philosophie est de partir des gens là où ils en sont et de s’intéresser à la résolution de problèmes concrets dans le monde tel qu’il est.

Mal-logement, délinquance, précarité, défiance à l’égard des institutions, repli communautaire, creusement des inégalités… la plupart des problèmes touchant les quartiers américains au 20ème siècle avaient pour lui une seule et même cause : le fossé entre ceux qui ont des positions de pouvoir et ceux qui n’en n’ont pas.

Pour contrer ce déséquilibre de pouvoir, il développe des méthodes d’organisation de la société civile. Elles s’appuient sur la rencontre et la synergie entre des leaders citoyens et des organisateurs professionnels. Les organisateurs soutiennent les leaders dans la construction de leurs propres ressources organisationnelles, d’expression et d’action citoyenne. Les leaders amènent les citoyens de leur communauté à s’engager dans des campagnes leur permettant d’acquérir plus de contrôle sur les évènements qui les concernent. C’est un processus d’empowerment.

Fondateur de l’Industrial Area Fondation en 1940, Saul Alinsky appuie l’organisation d’alliances citoyennes à Chicago, Baltimore, Saint Louis, dans l’État de New York ou en Californie. Par la suite, différentes branches du community organizing se développent. IAF, PICO, ACORN sont parmi les plus importantes fédérations nationales capables de mettre en mouvement des millions de citoyens. Elles diffèrent principalement par la façon dont elles sont structurées, certaines s’appuyant sur des organisations collectives (églises, mosquées, associations) pendant que les autres construisent à partir des membres individuels structurés par quartier. Edward T. Chambers, John Baumannont, Wade Rathke ou encore César Chavez font parti des plus fameux organisateurs qui, dans les années 70, ont développé le community organizing dans ses multiples formes. Des avancées sociales de grande ampleur ont été acquises par ce long travail d’organisation.

En 1995, ces méthodes traversent l’Atlantique pour la première fois avec le lancement d’une alliance citoyenne à Londres, TELCO (The East London Community Organization), élargie depuis à tout le Royaume-Uni pour fonder Citizens UK. Quelques années plus tard, de nouvelles villes européennes s’y mettront comme DICO à Berlin.

Pour en savoir plus

Cesar Chavez, organisateur des ouvriers agricoles latino-américains

Action Acorn : un groupe contre la pauvreté plante les graines du changement

 

Rassemblement de London Citizens Voir les campagnes de London Citizens

2010, PREMIÈRE EXPÉRIMENTATION EN FRANCE

 Assemblée de décembre 2012, création de l'Alliance Citoyenne

En 2010, une équipe de Grenoblois, inspirés par les méthodes du community organizing de Saul Alinsky et formés à Londres, cherche à adapter cette forme d’organisation de la société civile dans le contexte français.

Entre septembre 2010 et juillet 2012, les trois organisateurs de l’association (Solène Compingt, David Bodinier et Adrien Roux) rencontrent 600 leaders des quartiers de l’agglomération et accompagnent des campagnes citoyennes sur la baisse des charges dans les HLM, l’accueil des étrangers ou les horaires de travail des femmes de ménage.

Un groupe de leaders issus de groupes variés (congolais, pastorale des jeunes, centre culturel musulman, église évangélique, association de quartier) émergent pour préfigurer ce qui deviendra en décembre 2012, l’Alliance Citoyenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.