Accueil » Actualités par quartiers

Elle vit dans un château et laisse ses locataires dans la misère et la maladie

Elle vit dans un château et laisse ses locataires dans la misère et la maladie

L’incroyable histoire Mme Busconi : propriétaire d’un château, de trois immeubles à Aubervilliers, et d’au moins deux dans le centre de Paris, elle affirme ne pas avoir d’argent pour payer les travaux que réclament ses locataires.

Rachid est locataire du 233 avenue Jean Jaurès depuis 2014. Son inquiétude, la présence de plomb dans les murs. La peinture, en s’effritant sur les portes et les murs, a laissé place à la seconde couche de peinture qui contient du plomb, ce qui pourtant est interdit. Son fils, âgé de deux ans et demi, est comme tous les enfants de son âge, animé d’une grande curiosité. Il observe, touche tout, et met les mains à la bouche. Depuis quelques mois, il est atteint de saturnisme. La situation est grave : il a du plomb dans le sang.

Ironie, alors que la mairie ne semble pas s’intéresser aux problèmes que rencontre Rachid et sa famille, elle finance les frais médicaux et les analyses sanguines de l’enfant.

« Je suis connu à la mairie, j’y vais tout le temps. Mais ça n’avance pas. La dernière fois que j’ai été au service communal hygiène et santé, tout ce qu’on m’a dit, c’est : “il faut se débrouiller en attendant, surveiller que les enfants ne mangent pas la peinture”. Ca me fait une belle jambe… »

Rachid paye chaque mois 700 euros de loyer. Pour ce prix, il est locataire d’un studio une pièce, dans lequel il dort avec sa femme et ses deux enfants. 

 

Rachid n’est pas le seul locataire dans cette situation. Les habitants des numéros 73, 81 et 233 de l’avenue se plaignent depuis des années des problèmes d’isolation et d’humidité et de la présence de peinture au plomb. Certains logements sont recouverts de moisissures en raison de problèmes d’isolation et d’humidité. Des certificats médicaux prouvent d’ailleurs que de nombreux enfants souffrent de problèmes respiratoires en raison de l’humidité. L’humidité est telle qu’elle rend les équipements électroniques (prises électriques, interrupteurs etc.) hors d’usage.

Pour Achache, la voisine qui vit en face de Rachid, la situation est insupportable. Comment élever quatre enfants dans ces conditions de vie ? Chez elle, les murs sont noirs de moisissures.  La chambre des enfants n’y échappe pas.

« Le matin, quand je les réveille, il y a une odeur horrible. L’air est irrespirable. Mon fils fait de l’asthme et des allergies à cause de cet air et de l’humidité« .

La responsable, c’est madame Busconi. Propriétaire d’un énorme château qui accueille régulièrement des réceptions, elle n’est pourtant pas gênée de faire vivre 70 familles dans des conditions de vie absolument inhumaines. Elle est également la propriétaire d’immeubles à Pantin et à Paris. Malgré son important patrimoine, elle assure ne pas avoir assez d’argent pour payer les travaux que les locataires lui demandent.  La pauvre dame paierait en effet trop d’Impôt sur la fortune.

Les membres de l’Alliance Citoyenne ont tenté de rencontrer la responsable de cette situation. Pourtant Mme Busconi  se désintéresse de la situation de ses locataires. Les résidents sont décidés à se battre pour faire de leur taudis un lieu de vie convenable. Mme Busconi peut se cacher dans son château, on ira la chercher.