LOCATAIRES EN ACTION POUR TRANSFORMER LES HLM

Humidité, moisissures, froid, charges locatives trop élevées, les locataires des HLM sont souvent confrontés à une mauvaise gestion de leur appartement et immeuble. En passant à l’action, ils veulent démocratiser le logement social. A Grenoble, des locataires victimes d’un incendie voyou déplorent leur sentiment d’insécurité. A Aubervilliers, pour se débarrasser des rats qui ont envahi leur immeuble, des locataires proposent à des passants de les adopter. Réunis ave l’ensemble des membres de l’Alliance Citoyenne d’Aubervilliers, il ont participé à une marche pour des logements dignes et salubres. A Gennevilliers, les locataires dénoncent l’agissement de leur bailleur social, qui leur a volé 168.000 euros.

GRENOBLE| Après l’incendie d’une tour délabrée du quartier Jouhaux, les habitants lancent l’alerte

"On laisse mourir les pauvres et les immigrés entassés dans les tours infernales"

Aucune victime n’est à déplorer, mais les 107 habitants de la tour du 3  rue  du 140 RIA, sous le choc accusent le laisser-faire de leur bailleur et des différents acteurs publics. Les membres de l’Alliance Citoyenne organisent en urgence une assemblée pour passer à l’action.

Le 16 février, ils seront une soixantaine à marcher depuis leur tour jusqu’au bureau du préfet puis de la députée locale pour demander des moyens renforcés pour garantir la « sécurité des bâtiments, et la sécurité des personnes ». L’absence d’issue de secours dans les tours de Jouhaux interpelle. L’occupation systématique des halls par des gangs de dealers également. Le vandalisme provoque des pannes d’ascenseurs qui privent deux couples de personnes âgées vivant au 9e et 11e étage de la possibilité de sortir de chez eux plusieurs jours d’affilé.

« Vous savez ce que c’est vous de rentrer chez vous la peur au ventre, de baisser le regard dans le hall, de constater l’ascenseur encore en panne, de monter à pied les 8 étages dans les odeurs d’urine, de se faire réveiller la nuit par les fumées des voitures incendiées… venez habiter une semaine dans ma tour Mme la député », explique Fatih, membre de l’Alliance Citoyenne Jouhaux.

Un des logements de Mme. Busconi

Ni le préfet ni la députée n’ont accepté l’expérience de venir vivre une semaine à Léon Jouhaux. Les locataires de la tour ont fait une marche blanche ensemble le 16 février 2017 pour dénoncer l’abandon de leur quartier par les pouvoirs publics.  Une première mobilisation qui a permis d’obtenir une série de réunions avec le bailleur au cours desquelles un nouveau plan d’aménagement pour la sécurité incendie et la mise en place d’équipes mobiles d’agents de sécurité  pour garantir la libre circulation et le respect des halls d’immeuble ont été fixés

|AUBERVILLIERS| Invasion de rats, les habitants lancent l'alerte

« Dans mon appartement, nous avons dû condamner une chambre car des rats s’y sont introduits. Mes enfants n’arrivent plus à s’endormir car ils ont trop peur des rats, et moi je suis inquiète des maladies qu’ils pourraient transmettre s’ils mordaient les enfants. »

A Aubervilliers, dans les quartiers de la Maladrerie et Emile Dubois, les habitants sont envahis par un nouvel occupant indésirable : le rat. Depuis le printemps 2017, leur nombre n’a cessé d’augmenter.

Face à l’urgence de la situation, les membres de l’Alliance Citoyenne ont organisé le  27 septembre une grande opération « Adopte un rat » aux abords du métro Fort d’Aubervilliers. Munis de tracts proposant d’adopter « un rat solitaire… ou toute une famille ! », les locataires ont interpellé les passants et leur ont proposé de signer une pétition.

324 citoyens engagés dans la campagne

La mobilisation paie. La direction de l’OPHLM s’est engagée à réaliser une intervention d’urgence dans les logements où se sont introduits des rats, à afficher le calendrier des prestations de ménage dans les halls d’immeuble et à mener une étude sur les défaillances des locaux à poubelles

 

|AUBERVILLIERS| Stop à l’insalubrité !

Ils marchent pour des logements dignes

« On m’a assuré et garanti que des travaux allaient être faits le jour où j’ai signé l’état des lieux : je vous assure qu’il est écrit sur mon état des lieux qu’il est insalubre. J’ai des cafards, des rats dans la cage d’escalier ; on appelle le bailleur ils disent que ce n’est pas leur problème. »

Khadija n’est pas la seule locataire  à vivre dans l’insalubrité. Elle a participé, avec 70 autres locataires, à la marche organisée le 6 décembre 2017 pour demander des logements salubres.

|GENNEVILLIERS| – Les locataires dénoncent l’agissement de leur bailleur social

La direction des HLM vole 168.000 euros à ses locataires

Munies de pancartes représentant des portes, les familles des Agnettes ont envahi le hall de l’OPH pour pouvoir obtenir un rendez-vous.

« En discutant avec des habitants de l’immeuble, nous nous sommes rendus compte que le prix des portes palières étaient inclues dans notre facture. On s’est renseigné auprès de tous nos voisins, tout le monde était concerné par ce problème ».

A Gennevilliers, dans le quartier des Agnettes, les locataires sont en colère. La direction des HLM leur demande de payer 7 à 10 euros par mois, et ce, pendant dix ans, pour changer leurs portes d’entrée. Certains locataires, arrivés récemment, n’ont jamais demandé ce changement de porte, mais ils sont pourtant contrains de payer pour l’engagement du précédent locataire.

Khadija n’est pas la seule locataire  à vivre dans l’insalubrité. Elle a participé, avec 70 autres locataires, à la marche organisée le 6 décembre 2017 pour demander des logements salubres.