Tolerance Football Club

Une campagne citoyenne des femmes musulmanes portant le voile pour le droit de chacune de jouer au football

 

Chaque week-end, des jeunes femmes se font exclure d’un terrain de foot et interdire de jouer le match parce qu’elles portent un voile. Les arbitres appliquent le règlement intolérant et injuste de la Fédération Française de Football (FFF) qui prive des centaines de personnes de la pratique de leur sport favori en compétition.

La FIFA avait autorisé en 2014 les footballeuses musulmanes portant le voile sur les terrains par la FIFA en signe de tolérance et pour respecter la liberté religieuse telle que définie dans la déclaration des droits humains de 1948. La FIFA a réaffirmé son interdiction en France. Elle a justifié cela en invoquant des principes de laïcité. Le rapporteur de l’Observatoire de la laïcité est alors venu expliquer aux dirigeants de la FFF que la laïcité n’est pas l’intolérance et que “nul ne doit être écarté de la pratique sportive en raison de ses opinions religieuses ”. La FIFA a également émis un avertissement à la FFF. La FFF n’a pas bougé. L’intolérance est parfois bornée.  

 

En 2020, la règle intolérante est toujours bien installée. L’injustice prospère. Des footballeuses musulmanes ont fondé le syndicat des Hijabeuses pour faire entendre leur voix et faire reconnaître leur droit de jouer au foot. Une coalition entre l’Alliance Citoyenne, le Collectif Contre l’Islamophobie en France et l’association internationale Women Win se constitue pour appuyer le groupe. Ensemble, il est possible de remporter la bataille qui fera reculer l’intolérance pour garantir à toutes les femmes la possibilité de pratiquer le sport qu’elles aiment.

5 axes stratégiques pour obtenir le droit de jouer au foot pour toutes :

  • Stratégie grassroots : Construction sur les terrains d’un syndicat des footballeuses musulmanes pour mobiliser des centaines de femmes et faire entendre la parole collective des premières concernées
  • Stratégie juridique : recherche de cas d’exclusion pour lancer des procédures d’abord par la voie interne des instances de la FFF (réclamation puis passage en commission) avant de faire des recours en contentieux au tribunal administratif.
  • Stratégie d’alliances: Construction d’un réseau large d’alliés à même de soutenir le droit de toutes les femmes de faire du sport : sportifs et sportives célèbres, autorités morales, associations de défense des droits, clubs sportifs, …
 
  • Stratégie de recherche action : mise en lumière des expériences des femmes victimes de l’injustice et de l’impact psychologique. Objectiver pour mieux démontrer les ravages de l’intolérance et des conséquences de l’exclusion qu’elle génère.
  • Stratégie médiatique : flash mob locales, matchs de football où les femmes prennent possession de la rue ou des halls d’administration, médiatisation positive des joueuses en vue de faire bouger les mentalités, circulation d’histoires sur les réseaux sociaux, tribunes dans la presse.

Chronologie: histoire de lancement du groupe

1er mars 2014: Autorisation du voile sur les terrains par la FIFA. En Europe, la FFF est la seule fédération à maintenir le principe d’exclusion, elle invoque le principe de laïcité pour justifier le refus de joueuses portant le voile sur le terrain.

Juin 2019: Lancement d’une recherche coordonnée par la chercheuse Haifa Tlili, auprès d’une centaine de jeunes footballeuses musulmanes pour étudier les effets de cette exclusion sur les jeunes footballeuses musulmanes.

25 janvier 2020: Rencontre fondatrice à Charlety. Partage de témoignages qui révèlent une histoire commune, élaboration de demandes communes pour que les choses changent, expérience d’une simulation de négociation avec la FFF pour s’entraîner à aller arracher le changement. En est restée une envie partagée d’aller plus loin. (voir le récit en anglais sur la page Women Win)

11 mai: 1ère visionconférence entre les footballeuses motivées pour aller plus loin. Création du groupe des Hijabeuses et de la page Instagram associée.

23 juin: 1er match amical des hijabeuses

12 juillet: Assemblée fondatrice. Election d’un comité