Accueil » Actualités par quartiers » Campagnes de quartiers

Catégorie : Campagnes de quartiers

Bilan de l’année 2017 : campagne pour la dératisation à la Maladrerie et Emile Dubois

Depuis le mois de juin, l’alliance citoyenne du quartier de la Maladrerie-Emile Dubois s’est réunie pour :

– 2 assemblées générales : le 7 juillet, le 28 octobre 2017

– 6 réunions des membres du comité de quartier

La campagne dératisation

Depuis le printemps, les habitants du quartier sont confrontés à un nombre de rats croissants. Il a été décidé de commencer à agir sur ce sujet non pas à la suite d’une assemblée, comme c’est le cas d’habitude, mais suite à des témoignages pressants de plusieurs habitants de l’allée Pierre Prual et des alentours, soit faisant déjà partie de l’Alliance, soit rencontrés en porte à porte. Plutôt que d’attendre l’assemblée suivante et laisser passer l’été, l’alliance a donc décidé d’agir vite.

Juin/juillet

Un groupe d’une quinzaine d’habitants de l’allée Pierre Prual s’est rendu à une réunion de quartier organisée par la mairie et l’OPH à la salle du bassin, pour se faire entendre par rapport à problème des rats. Le fait d’arriver comme un groupe soudé a été un gros point fort de la visite, et face à cette mobilisation Mr Daguet a finalement demandé aux habitants d’Emile Dubois de sortir de la salle pour laisser cette réunion aux habitants de la Maladrerie, contre la promesse d’organiser une réunion spéciale pour Emile Dubois la semaine suivante.

La semaine suivante, les habitants d’Emile Dubois ont fait signer des pétitions à tous leurs voisins, demandant à l’OPH, la mairie et Plaine Commune de procéder à des dératisations d’urgence, de boucher les trous dans les terre-pleins, de repenser le système de nettoyage public et de mettre en place des visites mensuelles d’une personne de l’OPH dans les quartiers.

22 juin : un grand nombre de signatures a été récolté et présenté à Mr Daguet lors de la réunion. Il s’est engagé à réaliser une opération de dératisation sur le quartier le 4 juillet et à accorder plus de rendez-vous aux habitants tout au long du mois de juillet pour pouvoir traiter leurs autres problèmes. L’arrivée en groupe et la remise de pétition a encore une fois été bénéfique pour montrer notre organisation et construire le rapport de force, mais la réunion s’est par la suite éparpillée sur de multiples sujets, ce qui rend plus difficile l’obtention de victoires concrètes.

Tout au long du mois de juillet, nous n’avons pas constaté d’amélioration flagrante et avons donc décidé de prendre en photos les rats (ou à défaut les trous, les déchets etc) et d’en faire des cartes postales. Les habitants ont donc pu écrire une carte postale de vacances à la mairie et l’OPH pour leur montrer ce qu’ils vivent au quotidien. Au final, ces cartes postales n’ont pas été envoyées en juillet mais conservées pour la rentrée.

Septembre à décembre :

Le 8 septembre, une dizaine d’habitants se sont rendus à l’OPH pour protester contre l’invasion croissante des rats et l’inaction de l’OPH : grâce à notre action, nous avons obtenu un rendez-vous dans la foulée avec M. Laurent (Directeur Général),et d’autres responsables de l’OPH, à qui nous avons remis les cartes postales. L’OPH s’est engagé à des interventions d’urgence dans les logements infestés par les rats, à afficher les plannings de prestation de ménages dans les halls d’immeuble, à organiser des réunions trimestrielles par bloc d’immeuble et à étudier les problèmes de locaux poubelles. Nos revendications, beaucoup plus larges, n’ont été que très partiellement satisfaites. Nous avons réussi à obtenir un rendez-vous directement suite à l’action mais le rapport de force construit n’est pas suffisant pour que l’on nous laisse parler au nom de tous les membres de l’Alliance (seuls les membres présents se sont vus proposer une intervention dans leur logement, la réponse de l’OPH a donc été très individualisée). Les représentants de l’OPH ont également évoqué une réunion mi septembre avec la mairie et Plaine Commune sur le sujet des rats : notre mobilisation a donc en partie payé.

Toutefois, les promesses de l’OPH n’ont pas été tenues. Nous avons donc décidé d’organiser le 27 septembre l’action Adopte un rat, au métro Fort d’Aubervilliers, qui a été une belle réussite puisqu’elle a réunie une quinzaine de personnes qui ont récolté 300 contacts. L’action nous a aussi permis d’avoir un article dans le Parisien, dans lequel l’OPH s’engage à augmenter les budgets de dératisation et Mr Daguet déclare qu’il impliquer l’Agence régionale de santé.

Lors de l’assemblée du 28 octobre, une table de travail a été consacrée au problème des rats et propose d’organiser un rassemblement devant l’OPH, qui sera finalement transformé en une grande marche contre le mal logement (détaillée dans la partie campagnes de ville).

État du combat aujourd’hui

Une bonne mobilisation s’est faite autour des rats, tout au long de plusieurs actions qui ont été diverses et variées et nous on donc permis une bonne couverture de la presse. Nous avons réussi à faire émerger le problème comme un réel sujet aux yeux des institutions. Toutefois, beaucoup de leurs engagements restent trop souvent des promesses en l’air : nous avons du mal à faire un suivi des promesses faites, à mettre en place des représailles si elles ne sont pas tenues, et à obtenir des engagements plus larges (par exemple repenser le système de nettoyage et pas seulement faire une dératisation minimale dans les logements signalés). Néanmoins, il faut attendre de voir l’impact de la marche du 6 décembre 2017, qui a sans nul doute renforcé notre position et permettra de mieux négocier lors du rendez-vous avec Mr Daguet le 21 décembre. Il serait intéressant de prendre en compte la dératisation générale organisée par la mairie de Saint-Denis fin novembre, sur le quartier du Franc-Moisin, en coordination avec les bailleurs et Plaine Commune (cf articles en annexes) : nous demandons que la même chose soit faite à Aubervilliers depuis des mois !