Nous, femmes musulmanes, exigeons le respect de notre liberté de conscience et l’égalité de traitement. Des dispositions légales ou non nous privent d’accès à de nombreux emplois, à des formations, à des équipements sportifs.  Accompagnées de nos allié.e.s  nous sommes mobilisées à Grenoble, à Lyon et en Île de France. Nous sommes déterminées à faire reculer une à une les injustices qui nous touchent.

Notre syndicat compte plus 130 membres cotisant, 980 femmes engagées et des centaines d’allié.e.s

En 2017, le Conseil de l’Alliance Citoyenne de Grenoble a décidé de lancer une campagne d’organisation des femmes musulmanes affectées par les discriminations. Suite à la diffusion du spectacle Gens d’ici et d’en face, mis en scène par les Fées Rosses, une dizaine de femmes membres de l’Alliance du quartier Teisseire à Grenoble ont partagé certaines injustices qui les ont touchées récemment : impossibilité d’accompagner les enfants à la piscine, refus d’accès à des formations, maltraitance de la police lors d’un dépôt de plainte… la liste est longue. L’été approche et la question de l’accès aux piscines retient notre attention. Nous décidons de mener l’enquête par la réalisation de testing. 

La scène dans le spectacle je l’ai vraiment vécue; raconte Taous, mère de famille et comédienne au sein des Fées Rosses. J’avais inscrit mes cinq enfants à la sortie à la base de loisir de Annecy proposé par le centre social de mon quartier. Arrivée la bas, j’ai fais une ou deux descente de toboggan avec le plus petit puis le maître nageur m’a demandé sortir car mon maillot couvrant étaient jugée inapproprié. Mes enfants et les autres parents n’ont pas compris ce qui se passait! J’ai trouvé ça totalement injuste et c’est pour ça que j’ai décidé de le mettre en scène dans le spectacle Gens d’ici et d’en face”. 

C’est avec Taous que nous avons commencé les premiers testings dans les piscines Grenoble, le premier a été mené à la piscine de Dauphins.