Accueil » Actualités par quartiers » Gennevilliers

Catégorie : Gennevilliers

Electrocution et décès d’un chaton : l’OPH de Gennevilliers tenu pour responsable

Électrocution d'un chaton : l'OPH de Gennevilliers tenu pour responsable

Il y a quelques mois, un chaton est mort par électrocution dans un des appartements du quartier des Agnettes, à Gennevilliers. Dans cet immeuble, géré par l’office Publique de l’Habitat, les habitants se plaignent depuis des années du réseau électrique défectueux. Fils électriques laissés à nu, prises électriques qui tombent, interrupteurs qui se désolidarisent de leur base… Une situation qui s’avère dangereuse à la fois pour les animaux de compagnie, mais aussi pour les enfants en bas âge.

« Ca fait 17 ans que j’habite aux Agnettes, rue Victor Hugo, 17 ans que je signale régulièrement les problèmes que j’ai avec mes prises. Dans la salle de bain, je suis obligée de retirer le cache de la prise pour allumer la lumière. Vous imaginez, c’est dangereux dans une salle d’eau ! »

Pour Auria, l’indifférence de l’OPH est insupportable. Il y a quelques mois, en rentrant chez elle, elle découvre son chaton, raide-mort, devant une prise électrique défectueuse. Le courant avait sauté, pas de doute sur l’origine de la mort.

 

« C’était un chaton. Il avait un mois et demi. Quand je l’ai récupéré, il était dans un sale état. Mais le vétérinaire avait fait un travail fantastique, il l’avait sauvé. Tout ça pour rien… Un jour quand je suis rentrée, je l’ai retrouvé raide, devant une prise. J’ai tout de suite compris ce qu’il s’était passé. Maintenant, j’ai très peur qu’il arrive quelque chose à mes autres chats… »

Auria est présidente de l’association Les Chats Libres de Gennevilliers. C’est la raison pour laquelle elle accueille régulièrement des chats chez elles. Elle a rejoint en février de cette année la campagne menée par les membres de l’Alliance Citoyenne de Gennevilliers, avec à peu près deux cents autres habitants de Victor Hugo. Ces derniers rencontrent les mêmes problèmes, et doivent eux-mêmes rafistoler les prises électriques. Les habitants décident de s’organiser et lancent une pétition : plus de 175 signatures en quelques jours.

 

Début mars, une délégation représentant les membres de l’Alliance Citoyenne est reçue par le directeur de la gestion locative à l’OPH, M. Julienne. Au cours de ce rendez-vous, l’OPH reconnaît enfin l’ampleur du problème et l’urgence d’intervenir. Suite à cette rencontre, M. Julienne s’engage à faire un premier état des lieux des problèmes. Aujourd’hui, tous les appartements ont été visités par les gardiens, lesquels ont pris des photos des prises et interrupteurs. Nous attendons un retour de l’OPH sur la suite de son intervention. Les membres de l’Alliance Citoyenne restent mobilisés.